Varicelle

Avant l’implantation du programme de vaccination au Québec, la varicelle entraînait chaque année de 400 à 500 hospitalisations et 2 décès. La majorité des hospitalisations (de 85 à 90 %) et la moitié des décès étaient recensés chez les enfants âgés de moins de 12 ans.

La varicelle est une maladie virale très contagieuse qui se transmet par contact avec les sécrétions du nez ou de la gorge d’une personne ayant la varicelle ou par contact avec le matériel infectieux contenu dans les vésicules d’une personne présentant la varicelle ou le zona. La varicelle est contagieuse 2 jours avant et jusqu’à 5 jours après l’apparition des lésions.

La varicelle se manifeste par de la fièvre et une éruption maculopapulaire prurigineuse devenant rapidement vésiculaire. Elle est généralisée et peut aussi toucher les muqueuses orales, conjonctivales et génitales.

Les complications sont l’otite et la pneumonie, la surinfection bactérienne de la peau et des tissus mous, l’ostéomyélite, l’arthrite septique, l’endocardite, la fasciite nécrosante, le syndrome du choc toxique, l’hépatite, la thrombopénie, l’ataxie cérébelleuse, l’accident vasculaire cérébral et l’encéphalite. La varicelle accroît par un facteur de 40 à 60 le risque d’infection streptococcique invasive grave du groupe A chez les enfants auparavant en bonne santé. Les adolescents, les adultes et les personnes immunosupprimées courent un risque plus élevé de pneumonie, d’encéphalite et de décès.

Le zona survient chez de 15 à 30 % des personnes qui ont eu la varicelle.

Le syndrome de varicelle congénitale risque davantage de survenir lorsque la mère fait l’infection entre la 13e et la 20e semaine de gestation. Il se manifeste notamment par un faible poids à la naissance, des anomalies oculaires, des lésions cutanées cicatricielles, une atrophie des membres et une atrophie cérébrale. Une varicelle maternelle contractée durant la période périnatale (5 jours avant et jusqu’à 2 jours après l’accouchement) est liée à une varicelle néonatale grave avec un taux élevé de létalité.

Plus de 90 % des personnes âgées de moins de 15 ans et plus de 95 % des jeunes adultes sont considérés comme protégés. Toutefois, l’infection se produit à un âge plus tardif pour les résidants des tropiques.